posté le 15/12/10

Michel Simon (1895-1975)

 

 


 

 

Michel Simon est né le 9 avril 1895

la même année que le cinématographe.

 
 
 

      Michel Simon se détourne des études et de sa famille pour monter à Paris.

      Ses débuts dans le monde du spectacle sont modestes : il fait le clown et l'acrobate pour un numéro de danseurs appelé "faire valoir" (les Ribert's and Simon's), puis pour un prestidigitateur.

 

 

 

Feu Mathias Pascal de Marcel L'Herbier (1925)

 

 

      Rappelé en Suisse au moment de la Première Guerre Mondiale,

il passe le plus clair de son temps aux arrêts.

En 1915, au cours d'une permission, il voit Georges Pitoëff faire ses débuts d'acteur en langue française, dans l'Hedda Gabler, d'Henrik Ibsen,

au théâtre de la Comédie de Genève.

Il décide alors de devenir acteur à son tour.

 

 

 

On purge bébé de Jean Renoir (1931)

 

 

      Ce n'est qu'en 1920 qu'il fera son apparition dans la troupe des Pitoëff en disant trois répliques de Mesure pour Mesure, de William Shakespeare.

Au début de 1922, sa troupe vient s'établir à la Comédie des Champs-Elysées. 

 

 

 

Boudu sauvé des eaux de Jean Renoir (1932)

 

 

      Il la quitte l'année suivante pour devenir acteur de boulevard, jouant des vaudevilles de Tristan Bernard, d' Yves Mirande et de Marcel Achard.

Ce dernier le présente à Charles Dullin, dans la compagnie duquel Simon joue une pièce d'Achard, Je ne vous aime pas avec Valentine Tessier. Il jouera aussi des comédies musicales comme Le Bonheur Mesdames et Les joies du Capitole, écrites par Albert Willemetz.

 

 

 

Amants et Voleurs de Raymond Bernard (1935)

 

      Il est ensuite engagé par Louis Jouvet qui a remplacé Pitoëff à la Comédie

des Champs-Élysées. C'est avec Jouvet, dans une pièce d'Achard,

Jean de la lune, que Michel Simon s'impose d'une façon éclatante, le 18 avril 1929. Son talent inimitable transforme le rôle secondaire de Cloclo pour en faire la principale attraction de la pièce.

 

 

 

Adémaï au Moyen Âge de Jean de Marguenat (1935)

 

 

      La carrière théâtrale de Michel Simon va se poursuivre, de succès en succès mais c'est le cinéma qui va lui apporter une immense popularité.

Il débute à l'écran en 1925, d'abord en jouant  dans "Feu Mathias Pascal", de Marcel L'Herbier, d'après Pirandello, et presque en même temps en participant

à un film réalisé en équipe en Suisse : "La vocation", d'André Carel.

 

 

 

La Chaleur du sein de Jean Boyer (1938)

 

 

      Au cinéma muet, il apporte surtout un étonnant physique

et un visage peu banal, d'une exceptionnelle mobilité.

Une mobilité qu'il prend grand soin de ne pas transformer en tics.

Michel Simon joue des formes de son corps avec une virtuosité infinie :

de la laideur intelligente ou sympathique, de la bonté ou de la naïveté, à la laideur grotesque ou inquiétante, cocasse ou stupide, malicieuse ou cruelle.

 

 

 

 La Poison de Sacha Guitry (1951)

 

 

      Sa vraie carrière cinématographique ne commence qu'avec le "parlant" quand on s'aperçoit que l'élocution et le timbre de voix de l'acteur sont aussi originaux que son physique et son jeu. Ici Michel Simon se révèle "inclassable" : comique, dramatique, tragique, vaudeville, il peut tout jouer avec un égal talent.

 

 

 

Par ordre du tsar d'André Haguet (1953)

 

 

 

Michel Simon décède le 30 mai 1975

 

 

 


 

 

 

Citation

 

 

“Plus je vieillis, moins j'apprécie la qualité d'âge de mes vins.”

 

 

Quelques films                                                                        

 


 

La Passion de Jeanne d'Arc de Carl Theodor Dreyer ( 1928)
 
 

L'Enfant de l'amour de Marcel L'Herbier (1929)

 

La Chienne de Jean Renoir (1931)

 

 Jean de la Lune de Michel Simon

(signé par Jean Choux, 1931)

  

  Miquette et sa Mère de Henri Diamant-Berger,

D.B. Maurice et Henri Rollan (1933)
 

 

Du haut en bas de Georg Wilhelm Pabst (1933)

 

 

Lac aux dames de Marc Allégret (1934)
 

Le Bonheur de Marcel L'Herbier (1934)

 

L'Atalante de Jean Vigo (1934)
 

  Sous les yeux d'Occident (ou Razumov)
de Marc Allégret (1936)
 

  Le Mort en fuite d'André Berthomieu (1936)
 

Les Jumeaux de Brighton de Claude Heymann (1936)
 

  Faisons un rêve de Sacha Guitry (1936)
 

Naples au baiser de feu d'Augusto Genina (1937)
 

Si tu m'aimes (ou Mirages) d'Alexandre Ryder (1937)

 

   Le choc en retour de Georges Monca
et Maurice Kéroul (1937)

 

  Boulot aviateur (ou Fripons, voleurs et Cie)
de Maurice de Canonge (1937)
 

Drôle de drame de Marcel Carné (1937)
 

La Bataille silencieuse ou "Le poisson chinois"
de Pierre Billon (1937)

 

Le Ruisseau de Claude Autant-Lara
(signé Maurice Lehmann, 1938)
 

Les Disparus de Saint-Agil de Christian-Jaque (1938)
 

Belle étoile de Jacques de Baroncelli (1938)

 

Quai des brumes de Marcel Carné (1938)

 

  Noix de coco de Jean Boyer (1939)
 

Les Musiciens du ciel de Georges Lacombe (1939)
 

  Fric-Frac de Claude Autant-Lara (signé par Maurice Lehmann, 1939)
 

  Derrière la façade de Yves Mirande (1939)
 

  Le Dernier Tournant de Pierre Chenal (1939)
 

   Cavalcade d'amour de Raymond Bernard (1939)
 

La Fin du jour de Julien Duvivier (1939)
 

  Circonstances atténuantes de Jean Boyer (1939)

 

Tosca de Carl Koch (1940)
 

La Comédie du bonheur de Marcel L'Herbier (1940)
  

La Dame de l'ouest

(Una signora dell'Ovest) de Carl Koch (1942)
 

Vautrin de Pierre Billon (1943)
 

  Au bonheur des dames de André Cayatte (1943)

 

Un ami viendra ce soir de Raymond Bernard (1945)
 

La Taverne du poisson couronné de René Chanas (1946)
 

Panique de Julien Duvivier (1946)
 

Non coupable de Henri Decoin (1947)
 

  La Carcasse et le tord-cou de René Chanas (1947)
 

  Les Amants du pont Saint-Jean de Henri Decoin (1947)
  

Fabiola première époque: "Mirage de Rome"
d'Alessandro Blasetti (1948)
 

Fabiola seconde époque : "Le sang des martyrs"
d'Alessandro Blasetti (1948)
 

  Le Beauté du diable de René Clair (1950)
 

 Le Marchand de Venise de Pierre Billon (1952)
 

Monsieur Taxi d'André Hunebelle (1952)

 

La Fille au fouet de Jean Dréville (1952)

 

  Brelan d'as d'Henri Verneuil (1952)
 

La Vie d'un honnête homme de Sacha Guitry (1952)
 

Femmes de Paris de Jean Boyer (1952)

 

   L'Étrange Désir de monsieur Bard de Geza Radvanyl (1953)

   

  Quelques pas dans la vie
(Tempi nostri, de Alessandro Blasetti (1953)
 

  L'Impossible Monsieur Pipelet de André Hunebelle (1955)

 

Les Mémoires d'un flic de Pierre Foucaud (1955)
 
 

 La Joyeuse prison de André Berthomieu (1956)

 

   Les trois font la paire de Sacha Guitry (1957)

 

Un certain Monsieur Jo de René Jolivet (1957)

 

  La Femme nue et Satan
(Nackte und der satan, de Victor Trivas, 1959)
 

Austerlitz d'Abel Gance (1959)

 

Pierrot la tendresse de François Villiers (1960)

 

  Candide ou l'optimisme du XXe siècle
de Norbert Carbonnaux (1960)
 

Le Bateau d'Émile ou "Le homard flambé"

de Denys de La Patellière (1961)

 

  Le Diable et les Dix Commandements
de Julien Duvivier (1962)

 

   Cyrano et d'Artagnan d'Abel Gance (1962)

 

Le Train de John Frankenheimer et Bernard Farrel (1964)
 

  Le Vieil Homme et l'Enfant de Claude Berri (1966)

 

Ce sacré grand-père de Jacques Poitrenaud (1967)

 

La Maison de Gérard Brach (1970)
 

  La plus belle soirée de ma vie
(La più bella serata della mia vita ou La panne)
d'Ettore Scola (1972)

 

  L'Ibis rouge de Jean-Pierre Mocky (1975)
 
 
Commentaires
 
 

1. Shawnee  le 28-06-2009 à 01:52:05  (ton film)

Superbe article consacré à un immense acteur qui semble oublié ou méconnu des générations actuelles.
Sa filmographie me donne envie de découvrir tous ces films inconnus, sauf quelques-uns.
Merci pour ce bel hommage, Galaté.
Bisous

 

2. Bulle d'Infobulle  le 28-06-2009 à 10:08:00

Un physique ingrat , mais un acteur hors du commun et d'une grande sensibilité.
Merci de l'avoir sauvé non pas des eaux mais de l'oubli !

 

3. annielamarmotte  le 29-06-2009 à 14:11:11  (ton film)

je l'ai vu en vrai quand j'étais enfant sur le tournage du Train....
et mon film préféré .... la beauté du Diable....

 
 
 


 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article