posté le 15/12/10

Steve McQueen (1930-1980)

 


 

 

Terrence Steven McQueen,

né le 24 mars 1930 à Beech Grove dans l'Idiana aux Etats-Unis,

est un acteur, producteur américain.
 
 
Steve McQueen étudie la comédie à partir de 1952 à l'Actor's Studio.
Il fait ses premiers pas sur les scènes de Broadway dans la pièce
"A Hatful of Rain" en 1955. L'année suivante,
il tourne dans son premier film, "Marqué par la haine",
sous la direction de Robert Wise
(Somebody up There Likes me, 1956) .
 
 

"Marqué par la Haine"

 
 
Il obtient le rôle qui le propulsera star de Hollywood,
celui du chasseur de primes Josh Randall, dans la série télévisée
"Au nom de la loi" (1958 à 1961).
 
 

  "Au nom de la loi"
 
 
1958 est une grande année pour McQueen, puisqu'il obtient
le premier rôle majeur de sa carrière avec "Danger planetaire"
(The Blob, 1957)de Irvin S. Yeaworth Jr.
 
 

  "Danger planétaire"
 
Dans les années 60, l'acteur devient rapidement l'un des acteurs
les plus convoités de sa génération. Il tourne à plusieurs reprises
avec John Sturges, d'abord dans "La Proie des vautours"
(Never so few, 1959).
 
 

"La proie des vautours" 
 
 
Il fait surtout partie du casting des "Sept mercenaires"
(The magnificent seven", 1960).
 
 

  "Les sept mercenaires"
 
 
Il retrouvera encore Sturges en 1963 à l'occasion de "La Grande évasion"
(The Great escape") dans lequel il suggère lui-même l'idée de
l'évasion à moto, une séquence devenue mythique.

 

 

    "La grande évasion"

 

 

McQueen participe à "L'Enfer est pour les héros"

(Hell is For Heroes de Don Siegel, 1962)

 

 

    "L'enfer est pour les héros"

 

avant d'accepter de tourner dans "Une Certaine rencontre" de

Robert Mulligan (Love with the Proper Stranger, 1963) où il côtoie

l'héroïne de"La fureur de Vivre", Natalie Wood.

 

 


 

Joueur averti, Steve McQueen est ensuite

"Le Kid de Cincinnati" (The Cincinnati Kid, 1965),

pour sa première collaboration avec Norman Jewison,

 

 

    "Le kid de Cincinnati"

 

 

avant de retrouver le réalisateur de ces débuts, Robert Wise dans

"La Canonnière du Yang-Tse" (The Sand Pebbles, 1966).

Son rôle lui vaut une nomination pour

l'Oscar du meilleur acteur en 1967.

 

 

    "La canonnière du Yang Tse"

 

 

Steve McQueen tourne deux de ses films les plus célèbres.

Il joue un jeu de séduction torride avec Faye Dunaway dans

"L'Affaire Thomas Crown" (The Thomas Crown Affair)

de Norman Jewison.

 

 

    "L'affaire Thomas Crown"

 

 

Il enchaîne avec "Bullitt" de Peter Yates (1968), film mythique dans lequel

on retrouve les séquences de courses-poursuites les plus incroyables

de l'histoire du cinéma.

 

 

    "Bullitt"

 

McQueen tentera encore (avec moins de succès) de lier son amour

pour la vitesse et les courses automobiles avec le cinéma

à l'occasion du film "Le Mans" de Lee H. Katzin en 1971.

 

 

    "Le Mans"

 

Dans les années 70, Steve McQueen continuera de tourner dans

des filmsaussi important que "Guet-apens" de Peckinpah

( The Getaway, 1972)- où il rencontre Ali McGraw,

 

 

  "Guet-apens"

 

 

mais aussi

 

 

   "Papillon" de Franklin J. Schaffner (1973)

 

ou encore

 

 

     "La Tour infernale" de John Guillermin
( The Towering Inferno, 1974).
 
 
Il tournera son dernier film "Le Chasseur" (he Hunter)
de Buzz Kulik , en 1980.

 

 

   "Le chasseur"

 

Il décède le 7 novembre 1980 à Ciudad Juarez au Mexique.

 

 

 


 

 

 

Citations

 

 

"J'ai tout de suite aimé le caractère de Josh Randall. Comme moi, c'est un solitaire, un errant, un type qui a le goût du danger. Pour entrer dans sa peau, j'imaginais ce que moi j'aurais fait personnellement. Si les gens se sont pris de sympathie pour Josh Randall, c'est parce qu'ils ont vu en lui non pas un héros en bronze et en or, mais un homme en chair et en os, capable d'avoir du courage mais aussi d'avoir de la frousse".

A propos de "Au nom de la loi"

 

"Je suis un peu embarrassé par mon succès. La plupart des acteurs sont un peu dérangés. Moi, je ne suis pas pressé de faire partie de cette catégorie, mais je suis suffisamment vaniteux pour imaginer que je constitue une exception".

  

 Filmographie

 

 

  Rackets à New York (Never love a stranger
de Robert Stevens, 1957)

  Hold-up en 120 secondes (The great Saint Louis Bank Robbery
de Charles Guggenheim et John Stix, 1958)
 
 

  Branle-bas au casino (The honeymoon machine
de Richard Thorpe, 1961)
 
 

L'homme qui aimait la guerre
(The war love de Philip Leacock, 1962)
 
 

La dernière bagarre
(Soldier in the rain de Ralph Nelson, 1963)
 
 

Le sillage de la violence
(Baby, the rain must fall de Robert Mulligan, 1964)
 
 

Nevada Smith (de Henry Hathaway, 1965)
 
 

Reivers (The reivers de Mark Rydell, 1969)
 

 

Junior Bonner, le dernier bagarreur
(de Sam Peckinpah, 1971)
 

Un ennemi du peuple
(An enemy of the people de George Schaefer, 1976)
 
 

 

Tom Horn (de William Wiard, 1979)
 
 
Commentaires                                                                         
 

1. marsupifab  le 26-07-2009 à 21:10:45  (ton film)

Bonjour, merci de ton passage chez moi, je suis assez ciné aussi. Steve McQueen, un grand acteur surtout de western, genre de film que j'adore, notamment donc dans les set mercenaires et Au nom de la loi dans le rôle de Josh Randall. J'aime bien les sept samouraïs aussi! Bonne soirée, bisous

 

2. BARDEBRUME  le 29-07-2009 à 07:58:00  (ton film)

Salut Galaté !

Steve McQueen il est comme moi lol !!!
Sauf que je ne verse pas dans l'alcoolisme et la violence.
J'adore cet acteur...

A bientot
Bardebrume.

 


 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article