posté le 05/12/10

Buster Keaton (1895-1966)

 


 

 

"l'homme qui ne rit jamais" 

 

 

 

 

 

 

Acteur, réalisateur, scénariste et producteur américain, Joseph Frank Keaton est né le 4 octobre 1895 de Joseph Hallie Keaton et Myra Cutler Keaton, acteurs de cabaret.

 

Il est l'une des références du film comique et burlesque, et fut souvent cité comme son modèle par Charles Chaplin. Il apprend le métier de comique sur les planches de spectacles burlesques dès son plus jeune âge avec son père. Il débute comme acteur au cinéma muet aux côtés de Fatty Arbuckle. Sa première expérience sur les planches lui a donné une technique corporelle exceptionnelle.

 

 

 

Fatty Arbuckle

 

 

 

C'est en une seule décennie (de 1920 à 1930) que Keaton va réaliser et interpréter une dizaine de films qui feront date dans l'histoire du cinéma. Il créera un personnage introverti mais téméraire toujours en quête d'amour.

 Son chapeau canotier bien vissé la tête, Keaton explorera au travers de ses films plusieurs thèmes qui feront de son œuvre une œuvre brillante,sincère et jalonnée bien souvent de faits historiques mais remodelés avec la finesse, la précision et l'humour du cinéaste : 

 

la préhistoire avec "Les Trois âges",

 

"Les trois âges" (The three ages, 1923)

 

 

la guerre de sécession avec "Le mécano de la Général",

 

 

"Le mécano de la Général" (The General, 1927)

 

 

le Far-west avec "Ma vache et moi".

 

 

"Ma vache et moi" (Go West, 1925)

 

 

Keaton fût un mathématicien du gag, ceux-ci étaient étudiés, travaillés et réfléchis, dans la majeure partie de son œuvre, Keaton fait preuve de cette inventivité faussement facile. Précurseur d'un art nouveau en passe de devenir un art majeur, Keaton à contribué, avec d'autres comme Chaplin à faire changer de dimension le cinéma, qui en est sorti grandi. Mais comme beaucoup de cinéastes à cette époque le cinéma muet avait son propre langage et l'arrivée du parlant (un peu avant 1928) changea ce langage.

 

 

"Frigo et la baleine" (The love nest, 1923)

 

 

Les premiers "essais" cinématographiques de Keaton se révélèrent catastrophiques, sa voix dépareillait avec son personnage, son attitude et son jeu s'en trouvèrent modifié, sa légèreté et son inventivité comique sont reconverties en simples gags verbaux auxquels Keaton ne peut se résoudre et très vite il perdit le contrôle artistique de ses films, ce qui porta un coup fatal à sa carrière.

 

 

 

"La croisière du Navigator" (The navigator", 1924)

 

 

Durant presque quarante ans, Keaton ne fera plus que des films moyens (pour ne pas dire médiocres), ces films seront contrôlés voire corrigés par Hollywood, il ne sera plus réalisateur mais simple faire valoir tant sur l'écran qu'à l'affiche.

 

 

 

"Le cameraman" (The cameraman, 1928)

 

 

 

Cependant on le retrouvera dans de petits rôles, il joue au bridge dans "Boulevard du crépuscule" monument cinématographique de Billy Wilder.

 

 

"Boulevard du Crépuscule"

 

 

On le verra également dans "Les feux de la rampe", film

de Chaplin

 

 

"Les feux de la rampe"

 

 

Buster dût attendre le début des années soixante pour connaître un nouveau succès avec la ressortie de ses meilleurs films, de jeunes réalisateurs comme Richard Lester, se sont entêtés à retrouver les négatifs originaux pour pouvoir toucher un nouveau public qui reconnut, enfin, le génie de Keaton.

 

Il décède le 1er février 1966 à Hollywood

 

 

Citations                                                                               

 

 

"Si l'homme descend du singe, il peut aussi y remonter."

"Life is too serious to do farce comedy"

 

 

Autres films                                                                                                                

 

 

"Neighbors" (1920)

 

"La maison démontable de Malec" (One week, 1920)

 

 

"Sherlock Junior " (1924)

 

 

Quelques photos                                                                        

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 


 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article