posté le 04/12/10

Alfred Hitchcock (1899-1980)

 


 

 

 

Alfred Hitchcock naît le 13 août 1899 à Leytonstone, commune située dans l'est de Londres.

Le jeune homme débute comme ingénieur à la Compagnie télégraphique Hanley, puis entre à la succursale londonienne de la firme hollywoodienne Famous Players Lasky. Il y dessine des sous-titres pour les films muets entre 1920 et 1922. Durant cette période, il côtoie le réalisateur George Fitzmaurice, qui dessinait ses films plan par plan ; Hitchcock appliquera cette méthode quand il réalisera ses propres films.

 

 

Fitzmaurice

 

 

  Il s'initie vite à la plupart des professions du cinéma :


assistant, producteur, scénariste et même décorateur, dans diverses firmes anglaises.  Un bref séjour en Allemagne, à la UFA, en 1925/1926, lui fait découvrir

l'oeuvre de Paul Leni et de Fritz Lang.


 

 

Après un essai infructueux ("Number Thirteen", 1922),

 


  Number Thirteen
    

 

 

il signe en 1925  "Le jardin du plaisir" son premier film comme réalisateur.

 


 

Le jardin du plaisir

 

 

Il affine son style dès "The lodger" (1926) et surtout "Blackmail" (1929).


 

The lodger

 

 

Blackmail

 

 

En 1933, Hitchcock est de nouveau engagé par Michael Balcon pour la Gaumont British Picture Corporation. Son premier film pour la compagnie, "L'homme qui en savait trop (The Man who Knew Too Much,1934) a été un succès.

 

 

L'homme qui en savait trop

 

 

Quant au deuxième, "Les 39 marches" (The 39 Steps, 1935), il est considéré comme l'un de ses meilleurs films du début de sa carrière. C'est aussi le premier long métrage à utiliser le MacGuffin, terme conçu par Hitchcock lui-même qui est utilisé pour désigner l'objet qui sert de prétexte pour déclencher l'intrigue.

 

 

Les 39 marches

 

 

Le plus grand succès du réalisateur dans cette période britannique est "Une femme disparaît"

(The Lady Vanishes, 1938).

 

 

Une femme disparaît

 

 

Célèbre à la veille de la guerre, il est invité par Selznick aux USA et s'y fixe en 1940.

Hitchcock ne réalisera que quatre films pour Selznick

 

 

Rebecca (1940)

  

 

La maison du docteur Edwardes (Spellbound, 1945)

 

 

Les enchaînés (Notorious, 1946)

 

 

et Le procès Paradine (The Paradine Case, 1947)

 

 

Il décide alors de devenir son propre producteur. Cependant, produire un film coûte cher et les premières œuvres indépendantes d’Alfred Hitchcock 

 

 

La corde (The Rope, 1948)

 

 

et Les amants du Capricorne (Under Capricorn, 1949)

 

 

n’ont guère de succès au box-office. C'est ainsi que pressé par ses créanciers et par son agent, Les Wasserman, il accepte en 1955 de prêter son nom et son image à une série télévisée intitulée d’abord Alfred Hitchcock présente (1955-1962). De 1962 à 1965, la série prendra le titre de Suspicion.

 

 

 


 

 

 

Les films réalisés et produits par Hitchcock entre 1954 et 1963 sont en général considérés comme ses plus grands chefs-d’œuvre.

Citons notamment

 

 

 

 Sueurs froides (Vertigo, 1958)

 

ou

 

Psychose (Psycho, 1960)

d’après le roman de Robert Bloch.

 

 

Avec "Les oiseaux" (The Birds, 1963) ,

Hitchcock tente de faire réfléchir le spectateur sur la place de l’Homme : "Et si mère Nature reprenait le dessus ?".

 

 

Les oiseaux

 

 

Les films qui suivront seront moins personnels - peut-être aussi moins ambitieux.

Après l'échec du "Rideau déchiré" (Torn Curtain, 1966)

 

 


 

 

et de "L'étau" (Topaz, 1969).

 

 


 

Hitchcock retrouve le succès avec "Frenzy" (1972).

 

 


 

 

"Complot de famille" (Family Plot, 1976) reçoit les hommages de la critique.

 

 


 

 

 

 Le réalisateur prépare en 1978 un nouveau film d'espionnage très prometteur, "The shorth night"  (inachevé, 1980). Mais devant la difficulté du tournage, il met fin à sa carrière et prend sa retraite.

Si aujourd’hui Hitchcock est considéré par beaucoup comme l’un des plus grands réalisateurs de cinéma, cela n’était pas le cas lors de la sortie de ses films. Peu aimé de la critique, il était accusé de toujours refaire la même histoire ou de faire ses films en fonction du public.

Aujourd’hui, de nombreux réalisateurs s’inspirent directement du travail d’Hitchcock. Il est le premier à avoir appliqué dans ses films toutes les « recettes » du suspense et des scènes d’anthologie toujours appréciées - la douche dans Psychose - montrent à quel point il reste populaire.

 

A noël 1979, la reine d'Angleterre le nomma "grand chevalier de l'empire britannique" et lui accorda le titre de Sir Alfred Hitchcock. Il fit sa dernière apparition publique le 16 mars 1980.

Il meurt le 29 avril 1980.  



 

Ses autres films                                                                    

 

 

Période britannique

 

 

Junon et le paon (Juno and the Paycock, 1929)

 

 

Meurtre (Murder, 1930)

 

The skin game (1931) 

 

A l'est de Shanghaï (Rich and Strange, 1932)

 

 

Le Chant du Danube (Waltzes from Vienna, 1934)

 

 

Quatre de l'espionnage (The Secret Agent, 1936)

 

 

 

Agent secret (Sabotage, 1936)

 

 

Jeune et innocent (Young and Innocent, 1937)

 

 

La taverne de la Jamaïque (Jamaica Inn, 1939)

 

 

Numéro dix-sept (Number Seventeen, 1932)

 

 

Période américaine

 

 

Correspondant 17 (Foreign Correspondent, 1940)

 

 

Soupçons (Suspicion, 1941

 

 

  Joies matrimoniales (Mr. and Mrs. Smith, 1941)

 

 

La cinquième colonne (Saboteur, 1942)

 

 

 

Lifeboat (1943)

 

 

 

L'ombre d'un doute (Shadow of a Doubt, 1943)

 

 

Le grand alibi (Stage fright, 1950)

 

 

L'inconnu du Nord-Express (Strangers on a Train, 1951)

 

 

La loi du silence (I confess, 1952)

 

 

Fenêtre sur cour (Rear Window, 1954)

 

 

Le crime était presque parfait

(Dial M for Murder, 1954)

 

 

Mais qui a tué Harry? (The Trouble with Harry, 1955)

 
 

La main au collet (To Catch a Thief, 1955)

 

 

L'homme qui en savait trop

(The Man who Knew Too Much, 1956)

 

 

Le faux coupable (The Wrong Man, 1956)

 

 

La mort aux trousses (North by Northwest, 1959)

 

 

Pas de printemps pour Marnie (Marnie, 1964)

 

 

Aventure malgache (1944)

Bon voyage (1944)

 

Commentaires                                                                       

 


1. esuna  le 16-08-2008 à 10:56:55  (ton film)

J'adore Alfred Hitchcock depuis toujours, personne ne l'égale dans l'art du suspens.

 

3. lacalobra  le 16-08-2008 à 11:08:13  (ton film)

moi j'ai bien aimé les oiseaux bien que depuis je ne les regarde plus de la même façon.. lol.. et j'ai une certaine crainte quand ils sont en meute !

 

5. mac  le 29-08-2008 à 19:28:50  (ton film)

Coucou !
De retour je rattrape mon retard dans tes articles et oh surprise ! Je vois un article sur Hitchcock. Quelle coincidence, moi qui ai passé quelques-unes de mes soirees d'ete devant !! je n'avais jamais vu psycho et j'ai re-regarde les oiseaux ... Je suis toujours surprise de voir que certaines des techniques de suspense utilisees a l'epoque sont encore d'actualite ! Cette scene ou l'heroine fume tandis que les volatiles se posent par plans interposes derriere elle sur le portique pour enfants me donne toujours la chaire de poule !!lol Enfin voila c'est drole le hasard ...
J'espere que tu as passé un bon mois d'aout,
bise

 

6. b.secret  le 21-02-2009 à 10:05:40  (ton film)

lui,j'aime vraiment,je pense d'ailleurs qu'il reste un de mes réalisateurs préféré....
J'ai adoré les oiseaux,ou bien psychose, les diaboliques,je connais,je crois,presque tous ces films.
J'aimais assez cette façon de passer juste devant la camera...
A chaque fois d'ailleurs,je cherchais,enfin,lorsque je regarde ses films,je le cherche.....Bien a toi........

 


 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article