posté le 27/04/08

Le château de l'araignée

 

 

 

 

Dans le Japon du XVIème siècle, les luttes de territoire font rage entre les différents seigneurs. Menacé par deux dangereux adversaires qui cherchent à s'emparer de ses forts, le seigneur Tzuzuki compte sur deux de ses fidèles vassaux, Washizu et Miki, pour rétablir l'ordre. Après avoir triomphé de Fukimaki, les deux hommes se perdent dans la forêt sur le chemin du retour et rencontrent une sorcière qui leur prédit à chacun un avenir glorieux : Washizu deviendra seigneur du Château de l'Araignée tandis que les enfants de Miki lui succéderont. Si Miki se garde bien de bouger le petit doigt pour que la prophétie se réalise, Washizu, de son côté, se laisse chaque jour davantage ronger par l'ambition...

  

 

Fiche technique                                                                                                                         

 

 

Titre original : Kumonosu-jo (蜘蛛巣城)

Réalisateur : Akira KUROSAWA

Scénario : Akira KUROSAWA, Hideo OGUNI, Shinobu HASHIMOTO, Ryuzo KIKUSHIMA

Musique : Masaru SATO

Pays : Japon

Date : 1957

Genre : Drame

Durée : 110mn

n&b

Interprètes : Toshiro MIFUNE, Isuzu YAMADA, Minoru CHIAKI, Akira KUBO, Takashi SHIMURA, Hiroshi TACHIKAWA

      

  

Opinion                                                                                                                                      

  

 

Bon je vous situe juste le film : il s'agit d'une transposition un peu libre de Macbeth de Shakespeare dans le Japon médiéval. De ce film, Kurosawa raconte dans ses notes à propos de ses films :

"Le grand problème était d'adapter Macbeth au goût japonais. Les sortilèges sont différents en Occident et au Japon. J'ai adopté la forme du nô. Cette forme est sans aucune complexité. La construction d'ensemble, les comportements des personnages, et leur mise en place, tout a été accompli dans ce dessein. Pour cela on a employé le moins possible de gros plans, tout est en plans d'ensemble. Même dans les scènes pleines de passions, la caméra ne s'approche pas des personnages."

 

Ce film est un pur chef-d'oeuvre.

 

 

 

 

 

 

 

 


 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article